logo article ou rubrique
Séance 5 du 08 Février
Article mis en ligne le 27 janvier 2019
dernière modification le 2 mars 2019

par Luc

Propositions pour la préparation de la séance 5 du 08 Février 3

Cette séance se consacre aux chapitres 8-9 et 10.

Notre dernière rencontre nous a fait entendre la première réplique de Job suite à l’intervention d’Eliphaz de Théman, l’un de ces compagnons. Dans sa longue intervention il alternait plusieurs interpellations en direction de ces amis mais surtout en direction de Dieu lui même dans lesquelles il exprimait les sentiments qui l’habitaient. Nous en étions resté à cette terrible phrase où après avoir demandé à DIeu de laisser il lui disait dans une ultime réplique :" tu me chercheras, et je ne serai plus."

Nous entrons maintenant dans une seconde interaction entre Job et Baldad de Suhé, son second compagnon. Ce dernier l’interpelle trés vivement des paroles qu’il vient de prononcer, de quel droit peut-il ainsi interpeller Dieu lui même ? Les versets 13 et 20 sont telles des sentences. Face à cela, Job peut il encore arguer quoi que ce soit. La messe semble dite. Job reprend ici le flambeau, et pousse encore la provocation : "s’il passe près de moi, je ne le vois pas... il s’éloigne..." La rencontre avec Dieu est-elle encore possible.... Au verset 2 du chapitre 10, Job s’adresse à nouveau directement à Dieu : "Ne me condamne point".

Je vous propose comme les fois précédentes de structurer notre échange en plusieurs temps :

  • Tout d’abord la lecture à voix haute de ces trois chapitres pour permettre à chacun de se plonger à nouveau dans le texte ;
  • Un premier tour de table lors duquel on partagera l’ensemble des questions soulevées en lisant et travaillant ces versets ; Vous pourrez également souligner le passage qui vous a le plus interpellé ;
  • Une discussion pour entrer dans la structure et dégager les principales idées de ce texte ;
  • Un temps pour partager ensemble devant le Seigneur les prières que le travail de ce texte suscite en nous.

Rappel de la Méthode

Je vous invite à préparer notre séance de la manière suivante :

  • Faire une première lecture du texte en notant toutes les questions qui vous traversent l’esprit.
  • Faire une seconde lecture en cherchant à repérer la structure du texte en s’appuyant notamment sur les répétitions, les différentes tournures, les oppositions, etc.
  • Même si cela peut paraître fastidieux : recherchez les blocs qui ont leur cohérence, donnez leur un nom et voyez comment ils s’articulent les uns aux autres. En faisant ainsi, vous allez voir apparaître les intentions de l’auteur qui aideront à mieux entrer dans le texte.
  • Mais chacun doit suivre un peu son intuition. Si une phrase vous parle... il faut la laisser parler... Il y a des versets qui appellent plus que d’autres à la méditation.

Quelques pistes à creuser :

Voilà quelques pistes au choix selon votre envie et disponibilité : Mais totale liberté… d’aller passer par d’autres chemins bien sûr….

  • Baldad va développer un argument qui a pour objet de répondre à Job et de cloturer le débat. Quel est le sens de son explication. voir le verset 6 du chapitre 8.
  • Noter les images utilisées par Baldad qui illustrent le verset 13 et surtout 20.
  • Baldad est convaincu qu’en restaurant sa relation avec Dieu, Job retrouvera sa joie : voir le verset 21 qui est un verset particulièrement fort compte tenu de la situation de Job.
  • Dans la réponse de Job analysez précisément à qui Job s’adresse précisément et comment il le fait. (Verbes dire et savoir)
  • Voir la relation entre le verset 4 et 14 du chapitre 9 ? Comment se termine la méditation sur le Dieu créateur ? Quel est le message que Job veut faire là passer ?
  • Verset 13 et 21... notez le caractère paradoxal entre ces affirmations.
  • Voir comment les versets 4 et 32 se répondent
  • Que penser de l’affirmation du verset 22 (Chapitre 9) qui vient contredire l’affirmation de Baldad... Dieu fait bien pleuvoir sur les justes et les méchants... c’est notre expérience commune... mais Job va beaucoup plus loin et porte contre Dieu des accusations d’une extrême gravité. Voir le verset 23.
  • Faire la liste de tout ce que Job reproche à Dieu.
  • Voir la rupture introduite au verset 19 et la particularité des derniers versets (20-22)

Enfin, il faut aussi à un moment arrêter de faire travailler l’intellect et passer ensuite
à une lecture spirituelle en laissant parler son cœur. Jusqu’à partager cette supplique particulièrement poignante de Job qui dit non pas à Dieu directement mais en lui même : "Qu’il me laisse, qu’il se retire, qu’il me laisse respirer un court instant avant de plonger dans la mort"

Je vous remets ci-joint la version du chapitre 8-10 sous WORD au cas où vous ne l’auriez plus sous la main.